Bon Tsagaan Sar aux amis de la Mongolie !

5 février 2019
  • Evènements / Expositions

Distingué par l’UNESCO, le Nouvel An mongol est une célébration sans équivalent de la première nouvelle lune. Il a lieu en 2019 ce 5 février. Bon Tsagaan Sar aux amis de la Mongolie !

Un autre calendrier

C’est Gengis Khan qui, au XIIIe siècle, institua la célébration du Nouvel An au début du printemps, saison importante pour les éleveurs. La date précise est fixée selon un calendrier lunaire, fonctionnant sur une journée de douze heures, une année de douze mois et un cycle de douze années. A ces dernières sont associés un signe astrologique, le zodiaque mongol différant un peu du chinois : le Rat s’efface devant la Souris, la Chèvre devant le Mouton. 2019 est l’année du Cochon de Terre.

 

La lune du renouveau

Tsagaan Sar ou « Mois Blanc », car celui-ci symbolise la pureté et la prospérité. Il y a donc beaucoup à faire pour être à la hauteur de l’évènement. Pendant presque un mois, il convient de nettoyer sa maison et les environs, faire la vaisselle et la lessive en grand, coudre de nouveaux costumes traditionnels (deel), payer ses dettes et régler les différents. Ordre et bonheur sont de mise !

 

Discours de Son Excellence Monsieur Avirmid BATTUR, Ambassadeur de Mongolie en France,  le 1er février 2019. En arrière-plan, une représentation du Burkhan Khaldun.

Le Bituun

Les Mongols passent la soirée du Réveillon (Bituun) en famille. A droite de la porte de la yourte, une pierre blanche ou un bol de glace accueille les dieux, tandis qu’épines et mauvaises herbes empêchent à gauche les diables d’entrer. A la nuit tombée, après l’offrande de morceaux de choix au feu et aux ancêtres, la maîtresse de maison sert du thé au lait à son époux, puis aux autres convives. Il est temps alors de découper et servir la viande.

Un festin !

Le plat principal est la croupe du plus gros et gras des moutons disponibles. Mais la pièce centrale sur la table est un empilement de longs gâteaux entrelacés (kheviin boov), décoré de fromage émietté ou pilé, de beurre fondu et autres produits laitiers. Pour l’occasion, chaque famille prépare et cuit à la vapeur un bon millier de raviolis à la viande de mouton ou de bœuf ! Le tout est arrosé de thé mongol (lait bouilli additionné de thé – suutei tsai), de lait de jument fermenté (airag) ou de vodka. Les choses étant bien faîtes, un ventre plein durant le Tsagaan Sar est un bon présage pour l’année à venir !

Le Shiniin Negen 

On se lève souvent très tôt le jour de l’An. Portant leurs plus beaux vêtements, les femmes offrent au ciel du lait ou du thé au lait. Les hommes montent si possible au sommet de la montagne sacrée Burkhan Khaldun pour y saluer le soleil, un peu comme en Yakoutie.  Des offrandes bouddhistes suivent. Les premières salutations de l’année (zolgokh) sont des accolades ritualisées renouvelant le respect aux anciens. Porter un chapeau est très important ! Le cadet offre à l’aîné une écharpe de soie blanche ou bleue, le beau tissu en soie nécessaire à la confection d’un deel, un billet de banque neuf, une bouteille de vodka ou une boîte de chocolats. Les hommes échangent leurs tabatières. La semaine suivant Tsagaan Sar voit ainsi la réunion de la famille et des proches.

Tsagaan Sar, le festival du Naadam en été, celui des aigliers d’Ulgii en automne marquent l’année mongole de leur éclat. Contactez Stéphanie pour participer à la fête !

  • Mongolie
  • Tsagaan Sar

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

A propos de l'auteur

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

Téléchargez notre brochure

Télécharger

Suivez nos voyages

Inscrivez vous à la newsletter

Modifiez votre recherche