fbpx

Varia : Charles, Steve et La Chola Paceña

15 janvier 2019
  • Culture & Géo / Alerte TV
  • Evènements / Expositions
  • Non classé

Charles Aznavour, la Francophonie et nous

L’Arménie organisa les 11 et 12 octobre derniers le XVIIe Sommet de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), en présence d’Emmanuel Macron et Justin Trudeau. Le premier avait présidé le 5 octobre à l’hommage national rendu au plus illustre des Français d’origine arménienne, Charles Aznavour, par ailleurs grand promoteur de notre langue. Chez Nord Espaces, nous faisons aussi avancer cette cause à notre modeste échelle, d’une part avec nos guides francophones aux quatre coins du monde, d’autre part avec nos voyages dans quatre Etats et gouvernements membres de plein droit de l’OIF.

D’abord au Canada, dont les provinces du Québec et du Nouveau-Brunswick sont aussi membres de l’Organisation. Charles Aznavour partageait notre amour pour ce pays hors-norme, comme le rappelait récemment la Secrétaire Générale de la Francophonie, Michaëlle Jean : il « avait aussi étendu ses racines au Québec et je garde un souvenir ému de cette journée du 5 juillet 2008, lorsqu’en ma qualité de Gouverneure générale, je lui ai remis l’insigne d’Officier de l’Ordre du Canada, pays dont il aimait l’ouverture, l’espace et les gens. Nous en étions lui et moi très heureux ». L’Arménie est depuis cette année notre quatrième destination francophone.  Si plus d’un demi-million de Français ont des origines arméniennes, Charles Aznavour est sans doute le seul dont la vie et l’œuvre inspira un ballet ! En mai 2017, il assista à Erevan à la première de La Bohème, magnifique reprise dansée de certaines de ses plus belles chansons, dont Je m’voyais déjà, Les comédiensFormidablePour faire une jamJe t’attends et bien sûr La bohème

Sommet de la Francophonie à Erevan (Arménie), 2018
Sommet de la Francophonie à Erevan (Arménie), 2018

Pour la petite histoire, Charles Aznavour épousa en 1967 le mannequin Ulla Thorsell, ressortissante d’un autre pays cher à notre cœur : la Suède. Dans un entretien accordé à Télé 7 jours, il déclara avoir épousé « une femme qui vient d’une culture différente, plus stricte. J’ai appris beaucoup de choses, la tolérance, notamment. Elle m’a régulé, m’a mis sur de bons rails ». Elle lui donna aussi trois enfants.

Steve, comme un air d’aurore boréale

Un atour discret de la nuit arctique attira il y a quelques semaines l’attention des média internationaux. Après des décennies d’observation du phénomène, une publication scientifique traita pour la première fois en détail une apparition photographiée en 2008 en Alberta, dans l’ouest canadien. Ce ruban scintillant et éphémère, mauve ou pourpre, parfois accompagné de petites aurores vertes ressemblant à des piquets de clôtures, fut baptisé « Steve » par des scientifiques amateurs. Les professionnels ne voulant pas être en reste, ils déclinèrent ce prénom en Strong Thermal Emission Velocity Enhancement (forte augmentation de la vitesse d’émission thermique). S’agit-il d’un type inconnu jusqu’alors d’aurore boréale ? Apparemment pas, car aucun vent solaire ne fut détecté cette nuit-là. Le phénomène lumineux reste donc à ce jour inexpliqué.

Aurore boréale vue de l'espace
Aurore boréale vue de l’espace

Nous savons depuis longtemps où observer avec une quasi-certitude les aurores boréales, leurs fabuleux voiles rouges, verts ou jaunes. Nord Espaces vous propose parfois depuis 25 ans de les chasser en Norvège, Suède, Finlande, Islande ou Russie, au Groenland ou au Canada. Voilà un nouveau défi  à relever avec nous ! On trouve Steve plus au sud que ses cousines aurorales, à environ 60 degrés au-dessus de l’équateur. L’application Aurorasaurus, qui alerte ses utilisateurs lorsque des aurores sont aperçues, peut sans doute aider. Contactez-nous pour chasser Steve et, si possible, ramener la preuve de votre bonne fortune !

La Chola Paceña à la Fondation Cartier

Défilé de La Chola Paceña, Fondation Cartier pour l'art contemporain, 2018
Défilé de La Chola Paceña, Fondation Cartier pour l’art contemporain, 2018

 

A la Fondation Cartier pour l’art contemporain, l’exposition Géométries Sud, du Mexique à la Terre de Feu s’ouvre sur une salle de bal. Elle fut réalisée par l’initiateur de l’architecture néo-Andine, le Bolivien d’origine Aymara Freddy Mamani. Son œuvre insolite s’inspire de l’iconographie géométrique et colorée de la culture Tiwanaku, notamment des zigzags et cercles ornant les vêtements de l’Altiplano. Le lieu se prêtait donc à un défilé de mode ! Les mannequins de La Chola Paceña, groupe de femmes des communautés Aymara de La Paz et d’El Alto, y présentèrent en octobre vêtements et bijoux, mêlant l’ancien au contemporain. Le terme chola désigne en espagnol une femme indigène de Bolivie. Longtemps ostracisées, elles revendiquent aujourd’hui leur culture, avec de beaux exemples de réussite économique ou politique. Au point que, parées d’or, certaines ne défilent plus sans garde du corps ! On peut les admirer par exemple lors du Carnaval d’Oruro ou du Gran Poder, à La Paz.

 

  • Arménie
  • aurores boreales
  • Bolivie
  • Charles Aznavour
  • chola

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

A propos de l'auteur

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

Téléchargez notre brochure

Télécharger

Suivez nos voyages

Inscrivez vous à la newsletter

Modifiez votre recherche