« Voyager Ici et Ailleurs » coup de cœur du printemps pour les merveilles de l’Est canadien

4 mai 2018
  • Presse

Si la curiosité vous pousse vers le rayon des magazines de voyages d’une maison de la presse en ce printemps 2018, vous ne pouvez pas manquer la superbe revue « Voyager Ici et Ailleurs » : la couverture magnifique, toute en nuance de bleu océan, de blanc écume et nageoires de gris baleine attire forcément le regard. D’autant que la baleine en plongée qui occupe le centre de la couverture semble regarder le futur lecteur avec intelligence et bienveillance. Il suffit de l’annonce d’un article intitulé « les merveilles de l’Est canadien – Côte Nord, Gaspésie, Nouveau Brunswick » pour que le voyage débute. Dans une chanson, parlant des Îles de la Sonde, G. Manset écrivait : « …mais tu peux partir quand même, il y a des poissons qui t’emmènent, poissons venus du fond des âges, poissons aux longues chevelure, dauphins bleus sur fond d’azur ». Là, on veut croire que c’est une baleine qui invite au voyage, cétacé gris sur fond bleu de l’estuaire du Saint Laurent, une plongée dans le grand bleu où l’océan se mêle au fleuve et quand la nature canadienne se réveille au printemps.

C’est le Nouveau Brunswick qui ouvre les portes de l’est canadien pour la revue. Comme à son habitude, Voyager Ici et Ailleurs pose un regard photographique de toute beauté sur « ce recoin méconnu d’Amérique du Nord où la nature règne en majesté ».

Bien sûr le magazine mentionne les plus grandes marées du monde de la baie de Fundy : une photographie d’une balade au pied de Hopewell Rocks à marée basse révèle le caractère impressionnant de ce phénomène naturel ; il est vrai que se promener à marée basse ou faire du kayak à marée haute est un moment fort de tout voyage au Nouveau Brunswick avec un zoom sur le Bassin Minas ou le Bassin de la Rivière aux Feuilles de la baie de Fundy.

De mon voyage dans cette baie de 270 km de long, je garde le souvenir de mon excursion en kayak autour de ces énormes monolithes, surnommés plus familièrement Pots-De-Fleur. Ces moments de glisse pendant la marée descendante à n’entendre que le bruit de mon embarcation et ce sentiment d’être si petite face à cette nature sauvage, ne peuvent que nous faire prendre conscience de la beauté de ce lieu étonnant.

Mais Voyager Ici et Ailleurs consacre aussi tout un article au littoral oriental du Nouveau Brunswick, face au Saint Laurent, où l’on pêche le homard et où on croise des ours noirs … Si vous rêvez de petits-déjeuners, de déjeuners et de dîners romantiques au homard, il n’y a pas à hésiter : c’est là qu’il faut aller, tout comme si vous voulez approcher respectueusement des oursons qui découvrent la vie en forêt dans le Parc National de Kouchibouguac. Les noms des lieux sont eux aussi une invitation au voyage et au dépaysement …

C’est pendant mon voyage en 2015 que j’ai pu moi aussi approcher les ours : une expérience de quelques heures totalement incroyable. C’est au cœur de la forêt à Acadieville que j’ai eu la chance de vivre ces instants magiques. Nichée dans une cabane au creux d’un arbre en toute sécurité, j’ai pu admirer le spectacle des ours se nourrissant, jouant, se baladant à quelques mètres de nous … c’est tout simplement saisissant.

Quant aux homards, c’est à tous les repas. Oui oui c’est vrai ! Le homard au Nouveau-Brunswick est institution et l’on ne va pas s’en plaindre. Il se déguste en sandwich (guédilles), en soupe ou entier. Un délice ! Si vous souhaitez en savoir plus sur les habitudes culinaires de la province.

Puis, Voyager Ici et Ailleurs partage avec le lecteur un parfum de bout du monde en l’emmenant de la Baie de Miramichi jusqu’à la Baie des Chaleurs, jusqu’à Miscou, au cœur du pays acadien, en insistant sur le fait que plus qu’un lieu, l’Acadie est avant tout « une culture, une mémoire, une histoire. ».

Pour moi, l’Acadie c’est une population incroyablement accueillante, attachée à son patrimoine et à sa culture, un accent qui chante et qu’il est parfois difficile à comprendre il faut bien l’avouer, l’une des plus belles baies au monde qu’elle se partage avec la Gaspésie, le homard bleu, une faune et une nature diversifiés et préservés.

C’est la Gaspésie et la Côte Nord qui sont ensuite à l’honneur de la revue ; la nature y est extraordinaire entre panoramas uniques, grands espaces et faune hors du commun. La terre de Gilles Vigneault a su développer un art de vivre qui rend le voyage totalement inoubliable : le tour de la Gaspésie fait partie à lui seul des voyages d’une vie selon National Geographic ou les Guides Verts Michelin dont Nord Espaces est partenaire. Histoire, culture et nature se marient ici :  parcs nationaux dont certains figurent sur la liste du Patrimoine de l’Humanité de l’Unesco, routes mythiques, rencontres avec une faune d’une densité exceptionnelle (baleine, caribou, orignal, ours, …), témoignages d’une histoire humaine tournée vers la mer (la route des phares, mais aussi la gastronomie locale).

La Côte Nord est exceptionnelle par l’émotion qu’elle dégage. Nord Espaces m’a permis d’embarquer à bord du Bella Desgagnés pour un périple qui n’a rien à voir avec une croisière classique : il s’agit pour un cargo mixte d’assurer le ravitaillement de ces terres du bout du monde et d’approcher une réalité quotidienne qui associe histoire du peuple Innu, nature boréale et villages côtiers aux noms évocateurs : Tête-à-la-baleine, la Tabatière, Harrington Harbour, Blancs Sablons…

Cela a été pour moi une expérience très forte et je garderais à jamais les sourires de cette famille innu rencontrée en pleine nuit à bord de notre navire alors que je faisais de l’insomnie (probablement dû au décalage horaire).

De tous ces voyages, j’ai ramené des souvenirs uniques et une envie forte de les partager. Et donc, Nord Espaces peut vous emmener découvrir ces endroits que la très belle revue Voyager Ici et Ailleurs présente dans son numéro de printemps. En sachant exactement vous conseiller en fonction de vos envies ou de vos rêves : une découverte de la Côte Nord associant le Bella Desgagnés et un périple en voiture individuelle ? 14 jours au départ de Paris (12 sur place) seront nécessaires pour aborder toute la richesse de ce bout du monde :  En route pour la côte Nord du Québec ; les puissantes marées de la baie de Fundy vous fascinent ? Une envie de homard ? Vouloir photographier les ours de Kouchibouguac ? Mais vous avez peu de temps ? Pas de soucis, en 10 jours 8 nuits vous pouvez avoir un bel aperçu : Sur les routes du nouveau Brunswick ; L’Acadie, ce territoire francophone avec son art de vivre unique vous attire ? alors bienvenue en Acadie. Et bonne lecture de la revue de printemps Voyager Ici et Ailleurs, bienvenue chez Nord Espaces et beaux rêves du bout du monde.

Stéphanie

Stéphanie, une grande voyageuse, maitrisant les outils du tourisme, passionnée de photographie (ses œuvres témoignent de sa sensibilité et de la qualité de son regard).

A propos de l'auteur

Stéphanie

Stéphanie, une grande voyageuse, maitrisant les outils du tourisme, passionnée de photographie (ses œuvres témoignent de sa sensibilité et de la qualité de son regard).

Téléchargez notre brochure

Télécharger

Suivez nos voyages

Inscrivez vous à la newsletter

Modifiez votre recherche