Pérégrination en Islande francophile

13 novembre 2018
  • Inspirations de voyages

Découvrez avec Nord Espaces l’étonnant héritage laissé par les pêcheurs hexagonaux en Islande.

Mémoire de pêcheur d’Islande

Gaud aime Yann, un « Islandais » qui n’aime que la mer… Paru en 1886, Pêcheur d’Islande fut le plus grand succès de Pierre Loti. Le romancier s’inspira de ses nombreux séjours à Pors Even, port de la commune de Ploubazlanec, et de sa propre aventure amoureuse avec une jeune fille du pays de Paimpol. Pors Even est ainsi le port d’attache du morutier de Yann, la Marie. Dans l’ancien presbytère de Ploubazlanec se trouve aujourd’hui le centre culturel Milmarin et son musée Mémoire d’Islande. Confiées par des passionnés et descendants de pêcheurs, ses collections d’objets et documents (sabots, bottes, outils de construction navale, extraits de carnets de bord, etc.) entretiennent la mémoire de la grande pêche au large des côtes islandaises et sur les bancs de Terre-Neuve. C’est à ce titre que l’ambassadeur d’Islande en France gratifia le musée d’une seconde visite début octobre 2018, quelques heures avant le match amical de football opposant les deux pays à Guingamp.

Une Islande authentique et… française

Nul hasard donc que Paimpol soit jumelée avec le village de Grundarfjörður, situé sur la péninsule de Snæfellsnes, à l’ouest de l’Islande. Ce port de pêche a pour cadre un fjord et la magnifique chaîne de montagnes Helgrindur (« Porte de l’Enfer »). Si l’on vient des quatre coins du monde pour photographier l’harmonieux pic Kirkjufell, il y a aussi de belles promenades à faire jusqu’aux lacs et nombreuses cascades à proximité. Les négociants et pêcheurs français qui s’établirent là de 1800 à 1850 laissèrent une église et un hôpital. Notre circuit Authentique Islande fait aussi étape à la péninsule de Snæfellsnes, sans doute plus connue pour le stratovolcan Snæfellsjökull qui inspira à Jules Verne son Voyage au centre de la terre (1864).

Un autotour en Islande

A Fáskrúðsfjörður, sur la côte orientale de l’Islande, c’est la francophilie que les « Islandais » laissèrent en héritage ! Dans le fjord isolé, havre appréciable dans les eaux tumultueuses de l’Atlantique Nord, ils fondèrent un village. L’ancien hôpital est aujourd’hui un hôtel et un musée. On y trouve des maquettes, la reconstitution d’une cabine de morutier, des lettres de marins, des vidéos et des livres. A Fáskrúðsfjörður, les drapeaux tricolores et les joueurs de pétanque sont nombreux, les noms de rues sont traduits dans la langue de Pierre Loti et le 14 juillet est jour de fête. De surcroît, chaque année ce même mois, quand notre autotour L’Islande format grand angle invite à découvrir les villages pittoresques des fjords de l’Est, l’Ambassade de France organise un Festival des Journées Françaises de Fáskrúðsfjörður…

 

  • Islande

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

A propos de l'auteur

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

Téléchargez notre brochure

Télécharger

Suivez nos voyages

Inscrivez vous à la newsletter

Modifiez votre recherche