fbpx

Le Danemark au coeur (3/4) Silkeborg

25 mai 2020
  • Récits & Carnets de voyage

Il ne nous faut que 35 minutes pour aller d’Aarhus à la charmante ville de Silkeborg dans la région des lacs. Notre véhicule nous laisse à quelques mètres d’un ponton où nous attendons sagement un bateau. Autour, tout n’est que champs et verdure. Des vaches paissent dans les près. Non loin se trouve un restaurant élégant dont le chat adoube les visiteurs par un ronronnement de bonheur. Un autre ronronnement se fait finalement entendre au loin. Notre bateau accoste et nous sautons dedans. Je m’assoie confortablement à l’intérieur, près de la vitre pour ne rien rater de la navigation. Nous passons devant de superbes maisons semblables à de petits châteaux. Le lac est animé, les enfants équipés d’un gilet de sauvetage font du kayak avec leur professeur. Sur le bateau monte une certaine agitation. Pas le mal de mer, non, plutôt l’éveil des papilles à la vue du déjeuner : de succulents smørrebrød (sandwichs ouverts typiquement danois) à arroser de bière et d’aquavit. Il est tard et je meurs de faim. Nous échangeons, rions jusqu’à en oublier le lac… C’est repus que nous arrivons à destination.

Le SS Hjejlen (1861), l’un des plus anciens bateau à roues à aubes encore opérationnels. Photo : Rodejong

Le Musée Jorn

Nous marchons quelques minutes avant de découvrir le musée consacré à l’un des plus grands artistes danois, natif de Silkeborg : Asger Jorn (1914 – 1973). Il fut l’un des fondateurs du mouvement CoBrA avec entre autres le bruxellois Pierre Alechinsky. Je suis ravie de voir les œuvres de ce dernier figurées sur les murs extérieurs du musée. Cette visite est l’occasion pour moi de découvrir le travail d’Asger Jorn. Je suis fascinée par la variété des supports utilisés (céramique, papier, toile, tapisserie, peinture détournée…). La mise en scène de la collection est rondement menée. Œuvres, photos et textes illustrent son travail de recherche artistique. Il a su utiliser la céramique d’une façon tout à fait inhabituelle au point d’en faire de la sculpture abstraite. S’il ne fallait voir qu’une salle ce serait celle où est exposée la tapisserie réalisée en collaboration avec Pierre Wemaëre. Longue de 14 mètres et haute d’1,80 mètres, elle occupe toute une pièce. Superbement mise en valeur, elle est intrigante. Je passe de longues minutes à l’admirer, à m’approcher pour étudier de plus près le tissage comme si la nature même du textile s’apprêtait à me révéler quelques secrets. Deux banquettes design sont posées au milieu de la salle. J’y trouve place et admire encore et encore cette fresque brodée. Dans ce musée sont aussi présentées des œuvres d’artistes danois contemporains qui font partie de la collection d’Asger Jorn.

Entrée du Musée Jorn (œuvres de Jean Dubuffet et Andreas Slominski). Photo : Musée Jorn

Le parc ACQUA

Dehors, le soleil brille toujours sur Silkeborg. Nous enfourchons des vélos tout terrain pour une balade fort agréable au cœur de la forêt. A la vue du parc ACQUA, nous savons que nous sommes arrivés. Notre but : découvrir les habitants des forêts et lacs danois… Le guide vient à notre rencontre et déclenche sourires attendris et rires dans le groupe. Il s’agit d’un jeune homme tout à fait normal, mais avec quelque chose d’inhabituel sur l’épaule droite : un gros rat grignotant une friandise ! Bel effet de surprise. Le jeune homme nous laisse quelques instants pour se séparer du rongeur et nous commençons la visite. Je suis amusée par la rampe d’escalier en forme d’énorme colonne vertébrale. Cette attention accordée aux détails me frappe depuis mon arrivée au Danemark. Je repense souvent à une phrase de Søren Skafte Overgaard, le directeur de l’association danoise de design, pour qui les Danois, à l’image de leur plat national le hareng mariné, sont marinés au design. C’est tellement vrai ! On aime vous surprendre et vous faire rire, que ce soit dans l’architecture ou dans la vie.

Jeux d’eau sur l’un des lacs de Silkeborg. Photo : Erik Lyngsøe

Nous arrivons dans une pièce aux nombreux aquariums et vivariums. Je ne comprends pas pourquoi il y a au sol tant de sacs de couchage… On m’explique qu’une classe va passer la nuit au centre ! J’écarquille les yeux. Waouh ! J’imagine l’excitation et la joie des enfants. Ils auront le centre ouvert uniquement pour eux, ils pourront rester éveillés toute la nuit et observer les espèces nocturnes …. Car ce musée vivant ne se résume pas à cette grande pièce, aussi sympathique soit-elle, l’essentiel étant situé en plein air. Mais revenons à nos moutons, que dis-je, à nos poissons. Le guide est de retour. Il nous présente les vertébrés aquatiques, nous invite à toucher quelques espèces imposantes, ce que je m’abstiens de faire. Je suis sûre que les enfants seront plus téméraires ce soir ! Passionné, le guide nous montre la nouvelle recrue : une belette des plus énergique, minuscule créature sautillante qui fait fondre mon petit cœur. Ah, la nature est tellement belle !

Au sommet de la colline Himmelbjerget, la tour en brique érigée en 1875 en l’honneur de Frédéric VII de Danemark. Photo : Malene Thyssen

Mon enthousiasme retombe au moment d’approcher les vipères. Il faut dire qu’un panneau montre en grand une photo du bras du propriétaire du centre, recouvert d’un gigantesque hématome suite à la morsure d’une vipère péliade !! Brrr….Elle est là sous mes yeux à agiter sa langue fourchue. Où est la sortie ? Je me sens plus à l’aise lorsque nous passons aux grenouilles et autres crapauds. Nous sortons pour observer d’autres espèces. L’environnement naturel des animaux a été reproduit en plein air. Nous passons un long moment en compagnie des loutres, très curieuses de notre présence. Elles nagent, nous observent, sortent de l’eau, se dandinent puis replongent. Un peu plus loin, nous admirons le travail des castors. Dans la forêt se promènent des sangliers, dont une femelle qui donnera bientôt naissance. Le parcours continue, les animaux se succèdent : cigognes, cygnes, ragondins, visons, ratons laveurs… Je jette un dernier coup d’œil aux sacs de couchage avant de quitter le centre. Les enfants danois ont bien de la chance ! Je resterais bien ici pour la nuit, moi aussi…

Café au port de Silkeborg. Photo : Erik Lyngsøe

Bien-être, gastronomie et contemplation

Nous retrouvons nos vélos pour une chevauchée fantastique dans les plaines du Far Est nordique ! Yiihaah ! Le prochain hôtel est la belle récompense de nos efforts. Le vaste salon de ce temple du bien-être danois est décoré avec élégance et raffinement. Un superbe piano à queue et un jeu d’échec original sont à disposition, une immense baie vitrée dévoilant un jardin magnifiquement entretenu où une tondeuse automatique avale les kilomètres en silence. De nombreux tableaux embellissent aussi les couloirs et les chambres. Je suis dans un havre de paix propice à la sérénité et à la contemplation. L’heure du dîner approche. Nous posons nos valises et nous préparons pour une soirée riche en surprises !

Nautisme à Virklund, tout près de Silkeborg. Photo : Virklund Outdoor

Nous sommes accueillis dans un hôtel-restaurant occupant une ancienne papeterie le long du fleuve Gudenå. En passant devant la cuisine ouverte sur la salle, je suis irrésistiblement attirée par ce qui se trame derrière les fourneaux. Une serveuse m’aperçoit et je lui demande si je suis autorisée à prendre une photo. A ma grande surprise, elle appelle le chef et son commis, leur pose la question en danois. Ils acquiescent, s‘approchent et les voilà tout sourire dans le viseur de mon objectif ! Je n’en espérais pas tant. Le dîner est une pure merveille. Chaque plat nous est présenté avec passion. Les assiettes se succèdent et l’enchantement perdure. Il faut savoir que le Danemark est une destination gastronomique réputée depuis le succès du restaurant étoilé NOMA, classé par une revue professionnelle britannique « meilleur restaurant du monde » presque quatre années de suite (2010 à 2014) ! Si j’avais croisé les cuisiniers après le dîner, je leur aurais serré la main, voire fait une bise pour les remercier de m’avoir fait vivre un si beau moment. Le directeur de l’hôtel vient nous saluer après avoir assisté à un concert tout près. Il s’excuse de sa tenue décontractée et nous propose de monter sur le toit-terrasse du bâtiment, pour y déguster un cru spécial créé par un sommelier danois à base de vin blanc et de plantes, dont de la camomille ! Deux clients croisés dans le couloir nous rejoignent. Le paysage est rouge rubis sous l’effet du coucher de soleil…

L’un des lacs de Silkeborg en hiver. Photo : Silkeborg Kommune

La journée suivante commence très tôt par une séance de yoga. Les mouvements doivent être exécutés lentement, en totale harmonie avec la respiration. Le professeur nous dit que ces exercices, s’ils sont répétés tous les jours, nous permettront de rester jeunes très longtemps. Détendue dans la perspective de ma jeunesse éternelle, je file vers la salle du petit déjeuner. Les jus de fruits au gingembre sont un pur délice et donnent une sacrée pêche ! Les clients des tables voisines reviennent apparemment de leur footing. Que de sportifs autour de moi ! J’ai l’impression d’être à Clairefontaine, ce qui n’est pas étonnant pour un hôtel spécialisé dans le bien-être. J’avale la dernière bouchée en pensant au programme du jour : l’extrême-nord du Danemark et le pittoresque village de Skagen, chéri des peintres…

Emilie

A la découverte du Danemark

  • Asger Jorn
  • Danemark
  • Himmelbjerget
  • Hjejlen
  • Jutland
  • Silkeborg

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

A propos de l'auteur

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

Téléchargez notre brochure

Télécharger

Suivez nos voyages

Inscrivez vous à la newsletter

Modifiez votre recherche