fbpx

La Russie en Transsibérien (4/5) Ekaterinbourg

26 juin 2020
  • Récits & Carnets de voyage

Me voilà arrivé à Ekaterinbourg, quatrième ville de Russie. Sitôt descendu du Transsibérien, je me rends à l’église de Tous-les-Saints, construite à l’emplacement de la maison Ipatiev où le tsar Nicolas II, la tsarine, leurs enfants, leur médecin et trois domestiques furent exécutés le 17 juillet 1918. La fusillade dura de longues minutes dans la cave, les balles ricochant sur les pierres précieuses cachées dans les corsets… J’allume sept bougies et je sors.

Il fait très froid et mon bonnet de ski ne me protège plus. Au premier étal rencontré au marché, j’achète une chapka en fourrure, la moins chère, en lapin, loup, chien ou chat, allez savoir ! Renonçant aux « valenki », les bottes en feutre, je mets aussi des semelles en laine dans mes chaussures. Magnifique comme peut l’être un Français équipé à la russe, j’ai une pensée pour les soldats de l’armée napoléonienne durement éprouvés durant la retraite de Russie.

L'église de Tous-les-Saints à Ekaterinbourg. Photo : Nord Espaces
L’église de Tous-les-Saints à Ekaterinbourg. Photo : Nord Espaces

En route maintenant pour Ganina Yama, l’ancienne Sverdlov, nom du révolutionnaire bolchevik soupçonné d’avoir ordonné l’exécution impériale. C’est là que furent retrouvés les restes de la famille Romanov, dans une mine à 17 km d’Ekaterinbourg. La forêt aux alentours, ensoleillée et pleine d’écureuils, est ravissante. L’ombre des sapins et bouleaux se détache sur la neige immaculée.

L’écrin de sapins et bouleaux de Ganina Yama. Photo : Nord Espaces

Les popes en soutane noire rappellent le sens premier du lieu. C’est que toute la famille impériale (Maria, Tatiana, Anastasia, Olga, Alekseï, Alexandra et Nicolas) fut canonisée par l’Eglise orthodoxe en 2000.

L'une des chapelles de Ganina Yama. Photo : Nord Espaces
L’une des chapelles de Ganina Yama. Photo : Nord Espaces

Je distingue entre les arbres sept chapelles en bois. A l’entrée du sanctuaire, il est demandé aux femmes de porter une jupe. J’en vois deux enfiler par dessus leurs combinaisons de ski les jupes taille unique mises à disposition… Elles doivent aussi se couvrir la tête. Lorsqu’on m’indique le nombre de pèlerins en été, je me félicite de mon choix de l’hiver.

Les jeunes martyrs de Ganina Yama. Photo : Nord Espaces

J’entre dans chacune des chapelles dont les bulbes brillent au soleil. Dans celle de Tatiana, un cantique chanté a cappella m’émeut profondément. Curieuse réaction pour quelqu’un qui n’a pas la fibre religieuse, sans être parfaitement athée, semble-t-il.

A suivre…

Paul

D'une chapelle à l'autre à Ganina Yama. Photo : Nord Espaces
D’une chapelle à l’autre à Ganina Yama. Photo : Nord Espaces

Grand Transsibérien à la carte

  • ekaterinbourg
  • Ganina Yama
  • Orthodoxie
  • Romanov
  • Transsibérien

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

A propos de l'auteur

Sébastien

Sébastien, passionné de voyages et d’écriture, contribue notamment à la communication de Nord Espaces.

Téléchargez notre brochure

Télécharger

Suivez nos voyages

Inscrivez vous à la newsletter

Modifiez votre recherche