Comment choisir sa place au théâtre ou quelles sont les meilleures places

28 août 2018
  • Nord Espaces a testé pour vous…

Votre soirée au théâtre commence au moment de l’achat de votre billet. Quelles sont les meilleures places ? Comment choisir sa place au théâtre?  Tout le monde se pose cette question, tant les amateurs que les professionnels. Les premiers pour une raison évidente, les seconds parce qu’ils savent que chaque théâtre, et plus encore chaque salle de spectacle, est profondément unique. Que vous alliez au théâtre Bolshoï à Moscou, au Mariinsky à Saint-Pétersbourg, à l’Opéra de Paris, de Stockholm, de Riga ou d’Oslo… la première chose à faire est de cibler vos places et d’acheter les billets. J’adore le théâtre, j’adore la scène que j’ai connue de deux côtés. Il y a des années,  avant le lever de rideau, je serrais les nœuds de mes pointes, je m’assois aujourd’hui dans les fauteuils feutrés. Entrons donc dans les détails…

Il est impossible de vous présenter un schéma pour une raison simple : les théâtres sont tous différents. Selon les pays et les époques de construction, leurs configurations présentent bien des particularités. Elles peuvent malgré tout être décrites à grands traits.

ON DISTINGUE  généralement dans un grand théâtre 5 à 6 zones :

L’ORCHESTRE

Autrefois, le « parterre » ou « parquet » ne comportait pas de sièges. Il offrait les places les moins chères à un public exclusivement masculin, qui restait debout. Les dames ne pouvaient prendre place que dans les loges, à cause de leurs volumineuses robes et coiffures à postiche avec chapeaux.  Ces places sont aujourd’hui souvent les plus chères. Sont-elles pour autant les meilleures ?

 

En vous plaçant dans les tous premiers rangs, vous partagerez presque la scène avec les danseurs, chanteurs ou comédiens. Chaque petit détail, bruit, soupir, imperfection ou émotion sera à votre portée. On entend le bruit des pointes et la respiration de la danseuse, on voit ses efforts et éventuels ratés, on stresse parfois avec elle. Au point d’en oublier parfois le spectacle et le personnage, contrepartie d’une osmose avec l’artiste. Une expérience et des émotions forcément incomparables.

Avant le spectacle, les artistes passent par une séance de maquillage de scène. Pour les danseuses de ballet, le défi est de redessiner le visage pour qu’on puisse en distinguer les yeux, les sourcils, les lèvres jusqu’à la loge centrale, dite « du Tsar » en Russie. Le maquillage peut ainsi paraître grossier, voire vulgaire à ceux assis au plus proche de la scène.

De plus, si la fosse d’orchestre est petite ou inexistante, le spectateur des premiers rangs n’aura pas suffisamment de recul pour une vue d’ensemble. Il aura plus de difficulté à apprécier la chorégraphie synchronisée du corps de ballet. La scène n’est pas courbe comme les écrans de certains téléviseurs modernes. Être trop proche, voire immergé dans le spectacle, peut aussi empêcher d’apprécier l’effet de profondeur recherché par le metteur en scène ou l’auteur.

 

Trop proche de la scène, on peut regretter dans certaines salles de passer la soirée avec la tête levée, pour voir les artistes évoluer en surplomb du public. Enfin, il n’est pas rare d’avoir dans son champ de vision le crane parfois dégarni du Chef d’orchestre…

La question de l’acoustique a bien sûr été traitée dans les magnifiques théâtres anciens, mais avec les moyens de l’époque. On y constate parfois au niveau des premiers rangs un « fossé acoustique », le son étant diffusé vers les rangs plus éloignés, au milieu du parterre. Mais rien de comparable avec le hall de Sibelius à Lahti ou celui de Kuhmo en Finlande.

Malgré tout, pour les spectacles où la parole, l’échange verbal, la mimique et la voix sont primordiaux, les fauteuils d’orchestre sont naturellement les plus recherchés.

En résumé, avant d’acheter des places en zone d’orchestre, il est utile de consulter le programme et des photographies de la salle…

LES FAUTEUILS DE PARTERRE ET STALLES D’ORCHESTRE

Dans les grand théâtres, ils sont juste derrière les fauteuils d’orchestre, séparés d’eux par un passage et souvent légèrement surélevés. Les places du premier rang du parterre sont appréciées et c’est facile à comprendre : elles offrent une excellente visibilité et un confort pour les jambes.

LES BAIGNOIRES

 

Ces loges, légèrement surélevées, sont situées sur les côtés de la salle. Là encore, le spectateur ne pourra pas avoir une vue d’ensemble. Assis trop près de la scène, il aura des difficultés à apprécier la chorégraphie synchronisée du corps de ballet. Lev Tolstoï écrit dans Anna Karenine : « Les places dans les loges sont les moins confortables ; la scène, on la voit à moitié et on sort avec un torticolis après le spectacle ».  Il n’a pas forcément tort. Qui plus est, vous avez un regard latéral sur les pendrillons, ces rideaux la plupart du temps en velours noir cachant les coulisses. Homme d’esprit, Tolstoï savait aussi que le théâtre a deux « scènes ». La salle s’observe très bien depuis les loges …

 

 

 

Attention. Les baignoires derrière le parterre, non subdivisées, désignées en France comme « le pourtour », sont appelées en Russie « l’amphithéâtre ». Cela parce que les rangées de sièges de cet espace arrondi, épousant la scène, sont surélevées. Attention donc aux malentendus !

 

 

LES LOGES DU BEL ETAGE, dîtes aussi « premières loges », « loges du premier balcon » ou « première galerie »

Elles sont situées juste au-dessus des baignoires. Souvent magnifiquement décorées avec des moulures, des bas-reliefs et des éclairages subtils, dotées d’une entrée particulière, elles étaient occupées par la noblesse. Là encore l’angle de vue sur scène est primordial.

Les meilleures places sont sans doute au bel étage, au premier rang, dans une loge bien centrée ! Ce n’est pas pour rien que la loge du Tsar est au milieu du bel étage.

 

 

Certes, il faudra vous munir de jumelles pour admirer les battements de cils, mais cela fait partie de la tradition théâtrale. La vue centrale et plongeante sur la scène, sans excès, permet d’apprécier toute la chorégraphie synchronisée du corps de ballet, qui met les solistes en valeur. Niché dans un fauteuil confortable, sans être dérangé par la lumière de la rampe ou les spectateurs autour, vous sombrez dans une douce rêverie à l’abri des regards. Vous profitez aussi pleinement des décorations et de l’éclairage, comme s’ils étaient conçus spécialement pour vous. Vous avez le droit de pleurer si vous êtes ému, de bâiller si vous vous ennuyez, de chuchoter des mots doux à l’oreille de votre ami(e), de profiter pleinement de ce moment privilégié et même de vous levez sans vous attirer les foudres. Certaines loges des théâtres chics disposent en plus d’un petit espace supplémentaire avec banquette et mini vestiaire.

 

 

LES LOGES D’AVANT-SCENE

Les loges d’avant-scène ou « avant-scènes » sont celles qui encadrent la scène dans sa hauteur. Perpendiculaires à la scène, elles donnent une vision latérale compte tenu de l’angle de vue.  « Mais comme c’est un chic d’occuper une de ces loges réservées au roi et à reine […] et que les hauts personnages étaient friands de se voir placés au-dessus ou au-dessous du souverain, ces loges, toutes mauvaises qu’elles soient, sont fort recherchées », s’amusait à dire Arthur Pougin, historien et critique musical français. En effet, les loges d’avant-scène étaient autrefois très prisées pour se montrer.

 

 

LES BALCONS

Ce sont les loges au-dessus du bel étage, parfois appelés « galeries ». Pourquoi pas, si vous n’êtes pas trop haut, que votre vision n’est pas trop plongeante, si vous êtes assis au premier rang et vers le centre de la salle. Pour opéra, attention, certaines places ont une bonne visibilité de la scène, mais offrent une mauvaise visibilité des surtitres. Encore une fois demandez conseil avant d’acheter vos places.

 

 

LE PARADIS (ou poulailler)

Tout là-haut là-haut, on trouve les places les moins chères. Le son et la vue sur scène ne sont évidemment pas les meilleurs. Mais vous pourrez apprécier le magnifique lustre et le plafond, peint ou non par Chagall (à l’opéra de Paris), orné souvent de compositions mythologiques et d’anges. Si le paradis isole un peu trop, il permet toutefois d’apprécier l’ambiance en offrant bel et bien deux spectacles à la fois. Et le plus important n’est-il pas d’être au théâtre ?

 

 

Pour comparer, voici deux vidéos prises au Bolshoï et au Mariinsky, offrant les meilleurs images possibles compte tenu mon emplacement.

Ci-dessous, à partir de 1:25 :

Quelles sont les meilleures places ? Comment choisir sa place au théâtre? Ai-je répondu à la question ? Vous avez au moins quelques indices pour choisir votre place. Sachez enfin qu’une multitude de petits détails contribueront aussi à la réussite de votre soirée au théâtre : l’ambiance, la lumière, la couleur, la musique, la performance des acteurs, l’euphorie du public, votre plus belle tenue, la flûte de champagne à l’entracte, le choix de la (des) personne(s) partageant ce moment avec vous…  » Je n’ai jamais passé soirée plus délicieuse « , pouvait-on lire sur les verres gravés de la Comédie-Française… (citation tirée de Lucrèce Borgia de Victor Hugo)

Julia Rugens

  • Russie
  • théâtre

Julia

Julia, d‘origine russe, diplômée en géopolitique et en sociologie, Julia est depuis 2005 responsable du développement et de la communication ainsi qu’une véritable spécialiste sur la destination Russie.

A propos de l'auteur

Julia

Julia, d‘origine russe, diplômée en géopolitique et en sociologie, Julia est depuis 2005 responsable du développement et de la communication ainsi qu’une véritable spécialiste sur la destination Russie.

Téléchargez notre brochure

Télécharger

Suivez nos voyages

Inscrivez vous à la newsletter

Modifiez votre recherche